Le Soudan et les droits de l’Homme : mise au point du Gouvernement de Khartoum

Conférence: « le Darfour : situation actuelle » au Club suisse de la Presse, mercredi 17.9.2008

Face aux accusations de la communauté internationale relatives aux violations des droits de l’Homme et du droit humanitaire au Darfour (région de l’Ouest du Soudan en guerre civile depuis maintenant cinq ans), le Gouvernement soudanais souhaite clarifier l’état actuel du conflit et plus particulièrement expliciter le rôle de Khartoum dans la crise.

Selon lui, une clarification s’impose pour faire face à la vague de désinformation et de manipulation de l’information concernant le rôle du Gouvernement dans la guerre civile. En effet, ce dernier critique les omissions des médias concernant son engagement en faveur de la sauvegarde des droits de l’Homme, ainsi que son attitude coopérative et active dans la résolution du conflit.

Khartoum soutient avoir mis en œuvre des mesures en faveur de la sauvegarde des droits de l’Homme, en particulier pour la protection des femmes, des enfants et des réfugiés. Par exemple, des centres de soutien socio-psychologique luttent contre le recrutement forcé des enfants-soldats et s’occupent de l’individuation de ces enfants, ainsi que de leur réinsertion familiale et sociale. De plus, le Gouvernement assure qu’un réseau policier renforcé a été mis en place dans les zones de crise. La présence de la police vise à assurer et à garantir la sécurité pour, d’un côté, les femmes qui risquent d’être victimes de violences sexuelles et/ou de meurtres, et, de l’autre, les déplacés qui rentrent dans les villages sécurisés. Enfin, toujours selon le Gouvernement soudanais, la crise alimentaire s’est réduite grâce à la coopération qu’il a engagée avec les ONGs et qui garantit une aide humanitaire aux populations civiles dans les territoires en crise.

Prenant appui sur ce bilan positif, le Gouvernement soudanais considère que la priorité actuelle au Darfour consiste à assurer la sécurité dans la région afin de protéger la population civile et, parallèlement, insister sur le processus de rétablissement de la paix. Cet impératif de sécurité prime donc sur le principe de justice. Ce dernier sera au sommet de l’agenda politique soudanais seulement au retour de la paix, c’est-à-dire quand les responsables des crimes du Darfour, qui jusqu’à présent restent impunis, seront finalement jugés en vertu des preuves que les comités chargés de l’investigation de ces crimes sont actuellement en train de récolter.

Un point central émerge de la conférence : le dilemme existant entre l’activité de guerre et le respect des droits de l’Homme en période de guerre. Deux questions sont ressorties. Le principe de sécurité et les moyens pour y parvenir sont-ils compatibles avec le principe fondamental du respect des droits de l’Homme ? L’armée soudanaise peut-elle concevoir des opérations militaires sans « inévitablement » tuer des civiles et par conséquent violer les droits de l’Homme et le droit humanitaire? »

Malgré les divergences sur l’état actuel des faits, une chose est certaine : il existe une volonté unanime de voir la paix revenir au Darfour.

Sabina Silvestri

Conférence « le Darfour : situation actuelle » au Club suisse de la Presse, mercredi 17.9.2008

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :